Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Exposition : "Verdun, la guerre aérienne", focus sur les "as de l'aviation"

Revue « Excelsior » du 5 septembre 1916. © DR / musée de l’Air et de l’Espace

Paris - Musée de l'Air et de l'Espace, jusqu'au 29 janvier

A travers une sélection d’objets et d’archives, l’exposition Verdun, La Guerre Aérienne, du Musée de l’Air et de l’Espace, illustre les valeurs développées par les nouveaux « as de l’aviation ». Combattants d’un nouveau genre, ils ont commencé à incarner durant la Première Guerre mondiale un univers où priment la vitesse, le culte de la performance et l’audace mécanique.

Pour devenir un as, il fallait avoir abattu au minimum cinq avions ennemis, comme le démontre l’illustration légendée de l’exemplaire du 5 septembre 1916 de la revue Excelsior, un quotidien illustré français, où l’on peut lire :

« Tout aviateur qui a abattu au moins cinq avions dans nos lignes est cité au communiqué officiel et a droit, dès ce moment au qualificatif d’as qui, en langage de poilu signifie – c’est le cas de le dire – étoile du théâtre céleste de la guerre. Les deux lieutenants Navarre et Guynemer, qui ont chacun « tombé » quatorze appareils ennemis, viennent en tête de cette liste glorieuse ».

Le lieutenant Guynemer, cité ci-dessus, devait avoir une certaine aura de par ses performances. En effet, avec une autorisation spéciale du ministère de la Guerre, alors que les usines doivent se consacrer à l’effort de guerre, la voiture Torpédo Sigma, dessinée par le pilote lui-même fût construite. Ce modèle montre ainsi à l’arrière comment l’aviation peut être une voie d’accomplissement personnel.

Des performances aux impacts des as sur la société, le Musée de l’Air et de l’Espace explore les différentes facettes de la Guerre Aérienne jusqu’à la fin du mois de janvier 2017.

 

Verdun, La Guerre Aérienne
Musée de l’Air et de l’Espace - Aéroport de Paris-Le Bourget
Jusqu’au 29 janvier 2017
Du mardi au dimanche, 10h00-17h00
En savoir plus

 

Publiée le 18/11/2016
Torpédo Sigma ayant appartenu à Georges Guynemer, 1916.  © RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet