Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Affichage dtaill (Muses et monuments)


Enclos Sainte Jeanne

Enclos Sainte-Jeanne © CC BY-SA 3.0

Cet ensemble religieux reste le témoignage historique de la fondation de l’ordre monastique de l’Annonciade, ordre catholique féminin de droit pontifical, au début du XVIème siècle.

 

Fille du roi Louis XI et épouse déchue de Louis XII, Jeanne de Valois, duchesse de Berry, a le projet de fonder un ordre religieux, en l'honneur de la Vierge Marie. Installée à Bourges dès 1499, Jeanne compose une règle sous le titre des dix vertus de la Vierge, en 1501. La règle est ensuite approuvée par le pape Alexandre VI en 1501. L'habit consiste en une robe grise et un voile noir pour l'esprit de pénitence, un scapulaire rouge en souvenir de la passion du Christ, un manteau blanc pour la pureté de la Vierge et un ruban bleu avec une médaille d'argent. Jeanne prononce ses vœux en 1503 et est béatifiée en 1742 puis canonisée par Pie XII le 28 mai 1950.

Le chantier du couvent est ouvert peu après 1500. La construction des bâtiments claustraux, commencée sous la direction de Bienaymé Georges, maître d'autel de Jeanne de France et échevin, est prolongée jusqu'en 1513, après la mort de la duchesse, grâce à la générosité de Charlotte de Bourbon, duchesse de Nevers. L'église est pillée par les protestants en 1562. Ils dévastent la chapelle, profanent le tombeau de Jeanne de France, font brûler ses restes, et dispersent ses cendres.

En octobre 1651, Louis XIV autorise la ville de Bourges à faire démolir cette tour. Auparavant, les sœurs sont averties du danger que peut causer une telle destruction. Elles trouve refuge au monastère des Clarisses de Bourges. Les dégâts matériels sont importants. Le séminaire et l’hôtel de Chouys (actuel archevêché) sont construits, provoquant des difficultés de voisinage avec l’Annonciade. Un autre événement marquant de la vie du monastère de Bourges, est celui des cérémonies de la béatification de Jeanne de France au cours de l’année 1742.

Après la Révolution, la chapelle sert de grange et de grenier à foin. En 1832, Louis Philippe autorise la ville de Bourges à acquérir les bâtiments et dépendances de l’ancien monastère des Annonciades pour y établir une caserne de cavalerie ou une école de droit (E 16 971 A.D. du Cher). La ville les revend à l’État en 1857.

Grâce à sa restauration en 1961, la chapelle de l’ancien monastère des Annonciades, dite Sainte-Jeanne, est ouverte au culte.

 

Depuis 1857, l’Edifice qui appartient à l’Etat et affecté à l’armée (E 16 980 A.D. du Cher).

Détail de l'entrée de l'enclos Sainte-Jeanne © ministère des armées

8 avenue du 95ème de Ligne18000Bourges

www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/chapelle-de-sainte-jeanne-de-france-bourges

Date du Class ou de l'Inscrit : 28/10/1927 et 24/10/1929

Édifice religieux