Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Affichage dtaill (Muses et monuments)


Fort Saint Louis (ancien fort des Vignettes)

Fort Saint-Louis © domaine public

Le fort des Vignettes, tour à canons placée devant la rade du même nom sur la corniche Frédéric Mistral à Toulon, prend la forme d’une batterie semi-circulaire. Détruit en 1707, il est reconstruit en 1708 sous le nom de fort Saint-Louis.

 

Implanté sur l'anse des Vignettes (une anse abritée à l’ouest par la péninsule du Mourillon qui sépare la petite rade de la grande rade), le fort des Vignettes est bâti entre 1692 et 1697 à l’initiative de Louis XIV afin de fortifier Toulon, empêcher un débarquement sur la plage et tenir à distances les galiotes susceptibles de mouiller dans la rade. La mission est confiée à Antoine Niquet, ingénieur en chef des fortifications, qui est associé à Pierre Puget et Vauban. 

Pendant le siège de 1707, le fort est pris à parti par des batteries austro-savoyardes placées sur les hauteurs. Sa position stratégique à l'entrée de la rade lui permet d’empêcher l'invasion de Toulon et de la Provence. Toutefois, après neuf jours, l’ouvrage est dans un tel état de délabrement qu’il oblige ses défenseurs à se replier sur la Grosse tour après avoir mis le feu aux poudres. Il est reconstruit dès 1708, presque à l’identique, et rebaptisé fort Saint-Louis.

Le fort actuel est une tour à canons, batterie semi-circulaire d’une cinquantaine de mètres de diamètre fermée par une tour casematée. Le parapet est percé de neuf embrasures à canons, garnies de briques de façon à ne pas projeter d’éclats en cas de coup ennemi, tournées vers la mer. Un parapet massif en terre a ponctuellement remplacé, au XIXe siècle, ce parapet. Le plan de la tour est asymétrique : du côté de la terre, c’est un bastion plat pour flanquer l'ouvrage par des tirs parallèles au rempart ; face à la mer, elle est semi-circulaire pour que l'artillerie placée sur la terrasse puisse battre un large secteur. La tour comporte deux niveaux voûtés : à l’époque de sa reconstruction, le niveau souterrain abrite une citerne et un magasin alors qu’à l'étage, une grande salle voûtée sert de logement pour 24 hommes. L'accès à la terrasse se fait par un escalier à vis, et l’accès au fort par une porte surélevée et précédée d'un pont-levis (dispositif mis en place pour compliquer l'intrusion de fantassins). A côté de la porte d'entrée, une plaque apposée sur le rempart rappelle la conduite héroïque des défenseurs du fort en 1707.

Progressivement, le fort Saint-Louis s’est adapté aux progrès de l’artillerie avec de nouvelles installations, en s’armant de nouveaux canons en 1743 puis en 1847. Néanmoins, les avancées de l’armement conduisent à désarmer le fort à la fin du XIXe siècle, devant l'impossibilité d'y placer des canons de gros calibre. Il reçoit alors un poste d'observation et de commande de mise à feu des mines électriques formant barrage à l'entrée de la grande rade.

 

Actuellement, le fort Saint-Louis est affecté au personnel de la Marine et fait partie du protocole Culture Défense signé le 17 septembre 2005.

Littoral Frédéric Mistral83000Toulon

Date du Class ou de l'Inscrit : 1948

Fort & citadelle