Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Affichage dtaill (Muses et monuments)


Val-de-Grce

Eglise du Val-de-Grâce - © CC BY-SA 3.0

Le quartier du Val-de-Grâce occupe la partie sud-ouest du Ve arrondissement de Paris et est encadré par le boulevard de Port-Royal et la rue Saint-Jacques.

Il s’agit d’un site historique qui a accueilli une abbaye bénédictine, dont le dôme est l’un des plus anciens de Paris, puis un hôpital militaire qui est aujourd’hui le symbole de la médecine civile et militaire française.

 

Anne d’Autriche, épouse du roi Louis XIII, décide d’installer au Val-de-Grâce les bénédictines du Val-Profond. La reine s’y rend pour correspondre avec sa famille espagnole, et fait le vœu d’y élever une église au moment où elle sera mère d’un garçon, héritier de la Couronne. Ainsi en 1638, dès le mois précédent la naissance du futur Louis XIV, Anne d'Autriche, fidèle à sa promesse, charge l’architecte de la couronne François Mansart d'établir les plans de l'église et d’un nouveau monastère. La première pierre n'est posée que le 1er avril 1645, par l'enfant roi lui-même. Plusieurs architectes se sont succédé à la tête du chantier, qui est achevée à la fin des années 1660, quelques mois avant la mort d'Anne d'Autriche.

L'église présente un plan en croix latine et son dôme, particulièrement remarquable, est visible du parvis. Le plan d'origine prévoyait une façade évoquant davantage une entrée de château que d’église : un portail d’entrée à un étage, en avancée. La façade qui a été réalisée, avec son double niveau de colonnes jumelées supportant un fronton triangulaire et deux ailerons, rappelle certaines élévations d'églises de la première moitié du XVIIe siècle. Les lignes verticales et horizontales dominent, dans un style qui s’éloigne du maniérisme : colonnes et pilastres du porche, entablements des deux niveaux. Les principales sculptures du chœur et de la voûte sont dues à François et Michel Anguier, ainsi qu'à Philippe Buyster. En 1663, Pierre Mignard peint la coupole sur le thème de la gloire des Bienheureux. Le maître-autel et le baldaquin sont inspirés de celui de la basilique de Saint-Pierre de Rome.

Le 31 juillet 1793, la Convention nationale autorise le ministre de la guerre à utiliser l'abbaye royale du Val-de-Grâce, devenue bien national, comme hôpital militaire d’instruction. C’est la naissance de « L’École du Val-de-Grâce », véritablement organisée le 9 août 1850 avec la création de l’École d’application de médecine militaire. En 1979, l'hôpital est transféré dans le nouvel établissement hospitalier qui vient d'être construit sur l'ancien potager des bénédictines.

 

Aujourd'hui, l'abbaye royale du Val-de-Grâce abrite l’École d'application du service de santé des armées (anciennement École d'application de la médecine et de la pharmacie militaires), qui constitue, avec l'hôpital, le premier centre hospitalier universitaire militaire. Y sont également implantés le musée du Service de santé des armées, ainsi que la bibliothèque centrale du service de santé des armées, deuxième bibliothèque médicale de France.

Coupole du Val-de-Grâce - © CC BY-SA 3.0Cloître du Val-de-Grâce © CC BY-SA 3.0

1, place Alphonse Laveran75005Paris

www.parisinfo.com/musee-monument-paris/71309/abbaye-royale-du-val-de-grace-et-musee-du-service-de-sante-des-armees

Date du Class ou de l'Inscrit : 16/11/1964 et 13/02/1979

Édifice religieux